Devilman – L’Apocalypse selon Go Nagai

  

Si, dans nos contrées, Go Nagai est avant tout connu pour avoir donné naissance à un certain Grendizer/Goldorak, je l’ai de mon coté découvert à travers les « nouvelles » adaptations de ses œuvres qui furent réalisées dans les années 90, telles Getter Robo Armageddon ou autres Mazinkaiser. Ce sont ces anime, ainsi que certains articles qui m’ont poussé à m’intéresser aux œuvres originiales  du monsieur. Force est de constater qu’un titre, n’impliquant ,lui, pas de géants d’acier, revenait souvent : Devilman.

C’est donc en m’attendant à une œuvre bourrine et divertissante que je me suis dirigé vers ce titre,impression qui, semble t’il, était confirmée par les premiers chapitres . Ceux ci nous apprennent en effet qu’avant l’essor de l’Homme sur Terre notre planète étaient dominée par des démons, créatures ayant la capacité de fusionner à loisir avec des êtres vivants afin de pouvoir tranquillement se mettre sur la gueule et se dévorer entre eux. Ça à l’air un poil space comme ça, mais en gros imaginez des joyeusetés comme une ptérodactyle mélangé à une plante carnivore géante, bardé de dents et qui crache de l’acide, et vous aurez une idée de la forme d’un démon moyen. Manque de bol pour eux, l’ère glaciaire les a obligés à entrer en hibernation au pôle Sud et a permis l’essor de l’Humanité. Re-manque de bol (cette fois pour nous), le XXéme siècle venu, ceux ci décident de se réveiller pour reprendre le contrôle de la planète, et boulotter les squatteurs qui se sont installés entre temps (comprendre les humains).

C’est sur ces entrefaites que nous faisons connaissance de notre héros, Akira Fudou , garçon timide et un peu couard sur les bords vivant après la mort de ses parents chez son amie d’enfance Miki Makimura. Sa vie de souffre douleur de son école aurait pu tranquillement continuer si n’avaient pas eu lieu ses retrouvailles avec son amis d’enfance Ryo Asuka. Celui ci lui révélera l’existence des démons et de l’unique – et terrible – moyen de lutter contre ceux ci : fusionner avec l’un d’eux pour acquérir ses puissants pouvoirs, et prier pour que votre âme puisse vaincre celle de la Bête et garder le contrôle de votre corps… Akira fusionnera ainsi avec l’un des membres les plus puissant de la race démoniaque, pour devenir Devilman, démon à l’âme humaine.

Ce qui marque assez rapidement dans Devilman, c’est la très grande violence qui se dégage de l’œuvre. Violence graphique d’abord : boucheries sanglantes, corps dissous à l’acide, démembrés, morts brèves ou souffrances prolongées sont légions, et aucune tentative n’est faite pour atténuer ou cacher les effets sanguinolents des combats. Indiscriminée ensuite, en raison du fait que nul ne semble à l’abri des horreurs qui s’abattent progressivement sur l’Humanité, femmes et enfants compris . Ce basculement vers la violence pourrait être symbolisé par l’altération de la personnalité d’Akira après sa « fusion », celle ci permet certes au jeune homme d’acquérir un petit coté badass, mais se manifeste avant tout par le plaisir sauvage que celui ci va prendre à annihiler ses adversaires au combat, au risque permanent de devenir une plus grande menace pour l’Humanité que ceux ci; la lutte entre l’Homme et les démons étant en quelque sorte symbolisée par les pulsions contradictoires qui agitent notre héros.

Alors certes, le lecteur attentif pourra noter un certain nombre d’incohérences, où du moins de situation peu « crédibles » (notez que je ne fais pas référence à l’abondance d’éléments tenant du surnaturel). Mais est ce vraiment gênant ? Je pense qu’un des meilleurs moyen d’aborder Devilman serait de se laisser porter par le tourbillon de violence que constitue l’œuvre, être happé par l’horreur, jusqu’à ce que celle ci se révèle dans sa terrible ampleur. Car Devilman est loin d’être une œuvre linéaire, constituée d’une simple suite d’affrontements entre Devilman et les créatures démoniaques. Non, il s’agit d’une lutte à mort entre l’Humanité et des créatures qui semblent prêtes à lui ravir la place d’espèce dominante, une lutte où le seul moyen de vaincre l’Horreur semble être l’Horreur elle même, une véritable montée en puissance de l’insoutenable.

Plus étonnant, Devilman ne se révèle pas être aussi manichéen que se sont scénario pourrait le laisser penser. Si effectivement , les démons sont des créatures sadiques, assoiffées de sang, et n’ayant bien sur aucune considération pour l’espèce humaine, l’Homme, dans ses pires moments, est t’il si différent ? Comme ne manquent pas, avec une certaine ironie, de le faire remarquer certaines des créatures de l’enfer, les démons ne sont t’ils pas de simples prédateurs pour l’Homme, qui tue bien du bétail pour se nourrir (et pour le sadisme, je vous invite à placer un gamin de huit ans avec un bâton face à une fourmilière), le démon devenant ainsi un élément nécessaire à « l’équilibre » naturel ?  . N’ont t’ils pas après tout la même réaction qu’un homme qui découvrirait que des rats ont colonisés sa cave en sont absence ? Ainsi, ne peut on pas voir en eux, plus que de simples créatures maléfiques, un reflet déformé de tout ce que l’Homme posséderait de mauvais?

Par delà l’affrontement entre humains et démons se profile donc , en quelque sorte, le combat de l’Humanité contre ses pires instincts . A l’image d’Akira Fudou, celle ci ne risque t’elle pas de perdre son âme en cherchant à survivre ? Devilman est ainsi une œuvre marquante, ponctuée de scènes qui risquent de revenir régulièrement hanter le lecteur, une œuvre qui le plongera progressivement dans un océan de violence et de noirceur.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Devilman – L’Apocalypse selon Go Nagai »

  1. Il parait que, à la fin de l’écriture de Devilman, Go Nagai se sentait à moitié fou. Franchement, vu les derniers volumes, je veux bien le croire….
    Mon manga préféré, mais impossible de mettre la main sur les tomes d’occasion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s